Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

André Frénaud, HÆRES, poèmes 1968-1981

André Frénaud.jpg

La femme qui pleure de Picasso (1939)

 

La femme avait si violemment vu le sang

qu’elle en demeure sans larmes,

et ses yeux se trouvèrent tout à coup

                                                 dessaisis,

et les seins et le nez et les mains prirent tous

une difformité calamiteuse,

et — si l’on se souvient de ce jour-là —

c’est chacun de nous, qui portions au cœur l’Espagne du peuple,

dont les yeux interdits se désaccordèrent,

morceaux déviés, agrandis,

devant un monde que l’on ne pourrait désormais

                                                                             fixer.

 

                                                                             juin 1981

 

André Frénaud, HÆRES, poèmes 1968-1981, Gallimard, 1982, p. 240.

19/08/2017

Virginia Woolf, Journal d'un écrivain, 2

Unknown-1.jpeg

Lundi 18 novembre 1935

 

   Je mesure tout à coup maintenant, que j’ai atteint un stade plus avancé dans ma progression d’écrivain. Je perçois qu’il y a quatre ( ?) dimensions, toutes quatre reproduites dans la vie humaine ; et que cela conduit à des proportions et des groupements beaucoup plus riches. Je veux dire : moi, le non-moi, le dehors et le dedans. Non, je suis trop fatiguée pour expliquer cela, mais je le vois, et je développerai cela dans mon livre sur Roger. Ces tâtonnements sont passionnants. De nouvelles combinaisons entre la psychologie et le corps, un peu comme la peinture. Ce sera mon prochain livre après Les Années.

 

Virginia Woolf, Journal d’un écrivain, 2, traduction Germaine Beaumont, 10/18, 1977, p. 132.

18/08/2017

Marina Tsvetaeva, Averse de lumière (sur Pasternak)

                                 ob_eb6a19_426px-marina-tsvetaeva-by-max-voloshin.jpeg

Pasternak est un grand poète. Il est aujourd’hui le plus grand de tous ; la plupart des poètes authentiques ont été, quelques-uns sont, lui seul sera. Car il n’est pas encore tout à fait : balbutiement, pépiement, tintement — il est tout A-venir ! — éructation de nouveau-né, et ce nouveau-né — c’est le Monde. Hoquetant de hâte. Suffocant d’inspiration. Pasternak ne dit pas, il n’a pas le temps de dire jusqu’au bout, il est tout explosion — comme si sa poitrine n’était pas assez grande : a-ah ! Il ne connaît pas encore nos mots : il parle une sorte de babil — de paradis perdu — îlien, énigmatique — qui vous jette à la renverse.

 

Marina Tsvetaëva, Averse de lumière, traduction du russe Denise Yoccoz-Neugnot, Clémence Hiver, 1988, np.

 

17/08/2017

Karel Čapek, L'année du jardinier

                         Unknown.jpeg

Septembre

 

   À sa manière — du point de vue du jardinier — septembre est un mois béni et excellent, non seulement parce que c’est le mois des asters d’automne et des chrysanthèmes d’Inde, non seulement à cause de vous, dahlias doubles lourds et écrasants : sachez, gens incrédules, que septembre est le mois d’élection pour tout ce qui fleurit une seconde fois, c’est le mois de la seconde floraison, le mois du cep mûrissant. Tout cela, ce sont les privilèges mystérieux du mois de septembre, pleins d’ue signification profonde. Par dessus tout cela, septembre est le mois où la terre s’ouvre de nouveau, de sorte que nous pouvons de nouveau planter. Il faut maintenant mettre en terre tout ce qui doit être planté pour le printemps, ce qui nous fournit à nous, jardiniers, l’occasion de courir chez les marchands pour regarder leurs cultures et choisir des trésors pour le printemps prochain.

 

Karel Čapek, L’année du jardinier (1929), traduction du tchèque Joseph Gagnaire, 10/18, 2000, p. 106.

16/08/2017

Marie de Quatrebarbes, La vie moins une minute

 

                        marie de quatrebarbes,la vie moins une minute,liaison,naissance

Fais le mort pas si vite

autre chose sous la langue

rose, presque éteinte

fais le mort, pas de pression

(juste le sang un peu lourd)

s’il vous plaît, écoutez

le poème totale lumière sur

LIER sa propre existence

À la sienne n’est pas vraiment

Là, devant la forme

Le bout de métal dans la chair

Il l’enlace, si elle tombe

Ça y est, dit-il, elle est née

 

Marie de Quatrebarbes, La vie

moins une minute, Lanskine, 2014, p. 86.

 

15/08/2017

Lionel Ray, L'interdit est mon opéra

                     Lionel Ray.JPG

 

                               manière de nos désirs

 

 ————————————————————

Avec un chapeau sur le cœur mais l’auréole

Subsistait (ayant perdu un autre aspect des

Fleurs maintenant elle parlait aux prophéties ;

À quelques jours de là d’autres plantes fascinaient

Les rôles : invasion d’abeilles il s’éveilla pour

Des matinées d’égards (escapade des paroles

J’écouterai ses revenirs pardon d’épines)

Depuis le temps de son enfance « pour quel muet

Séjour échangerez-vous ces buissons » elle rit

D’un bal comme d’une eau merveilleuse ayant parfois

Ce léger accent des photos en présence de

Faits indubitables filles des fruits ressemblants

Des épingles dans la voix (d’autres bienvenues)

Bavardage des lèvres que je voulais chemin

Ou — — — — — — — — signal de papillon

 ———————————————————————

 

Lionel Ray, L’interdit est mon opéra, Gallimard, 1973, p. 25.

14/08/2017

Bernard Noël, Le mal de l'intime

                                            bernard noel.JPG

                         Le mal de l’intime

 

…….. Tu marches dans les ténèbres, la tête en l’air, cherchant les étoiles. Tu sens l’épaisseur de la nuit, qui se mêle en toi à tes pensées. Tu ne sais ni d’où tu viens ni où tu vas mais la certitude qu’une direction t’oriente rend ton pas léger. Tu attends quelque chose de décisif. Tu es dans cette attente depuis longtemps, mais ce soir l’éclaircie te paraît toute proche. Tu remontes la pente de la rue en te disant que, là-haut, elle se jette dans le ciel. Tu trébuches soudain contre un pavé mal enfoncé, mais te voilà persuadé d’avoir heurté une dent. Tu cherches aussitôt dans quelle bouche tu marches, et la légèreté qui réglait ton allure se fane tout à coup. Tu bats l’air de tes deux bras. Tu lances ta canne dans le ruisseau d’ombre qui s’est mis à couler sur ta gauche. Tu as peur de perdre pied d’un moment à l’autre dans la salive, qui huile peut-être quelques transmigrations invisibles. Tu devines des souffles, des battements spirituels. Tu voudrais non pas les accueillir, mais t’immerger en eux.

 

Bernard Noël, Le mal de l’intime, dans La Comédie intime, Œuvres iv, P.O.L, 2015, p. 353.

13/08/2017

Eaux des étangs (Dordogne)

IMG_0702.jpg

IMG_0720.jpg

IMG_0722.jpg

IMG_0663.jpg

12/08/2017

Léon-Paul Fargue, Le piéton de Paris

                                                                     

                                             AVT_Leon-Paul-Fargue_3591.jpeg

                                                                            Ghetto parisien

 

   Ce n’est pas, à proprement parler, un ghetto comparable à ceux de Pologne, de Roumanie ou de Hollande, c’est un petit pays limité par la rue du Roi-de-Sicile, la rue Ferdinand-Duval, autrefois rue des Juifs, et la rue Vieille-du-Temple, et dont le centre se trouve au coin de la rue des Écouffes et de la rue des Rosiers, où s’ouvre la librairie Speiser, rendez-vous de tous les Juifs du monde. Stefan Zweig ne traversa jamais Paris sans faire une visite à cette boutique. Trotsky venait souvent s’y asseoir. J’y suis entré tout à l’heure pour y apprendre la mort de Zuckermann, qui tenait à cette place, il y a quelque trente ans, un excellent restaurant où nous venions avant la guerre, Charles-Louis Philippe, Michel Yell, Chanvin et moi-même, attirés par une eau-de-vie qui sentait la violette et que le fils du patron nous servait avec une grâce de petit seigneur.

 

Léon-Paul Fargue, Le piéton de Paris, Gallimard, 1939, p. 100.

11/08/2017

Emond Jabès, Le Soupçon Le Désert

                                                Jabès.jpg

   Le livre de la prime enfance serait-il l’avant-livre dont nous mourrons ? Serait-il le livre de la mort que nous feuilletons tout au long de nos livres sans savoir jamais avec certitude s’il nous accompagne et s’il est « le livre qui est dans le livre » ?

   Ainsi, être nommé serait accepter, de la mort, un destin de vivant : serait pour qui reçoit un nom, s’élever des ténèbres vers le jour ; un jour, lui aussi, dans le jour, plus ancien que celui de notre naissance et dont nous saurons, par le biais fébrile d’une signature, marquer l’avènement. Rien ne se fait, cependant, qui n’ait été préparé dès longtemps avec minutie et comme en dehors de nous, ce qui laisserait supposer que ce « dehors » serait, peut-être, le tréfonds, car le corps écrit, comme le livre, est sans limites et, de surcroît, nous amènerait à penser que c’est bien l’écriture qui fait éclater les limites, qu’il n’y aurait point d’illimité vécu hors de l’écriture laquelle, ayant pouvoir incontesté de délimiter, simultanément assigne à ce qu’elle limite de nouvelles bornes, elles-mêmes, aussitôt, dépassées.

 

Edmond Jabès, Le Soupçon Le Désert, Gallimard, 1978, p. 93.

10/08/2017

Pascal Quignard, Petits traités, II

      

                                                      pascal guignard,petits traités,ii,livre,réel,corps

   Un livre est assez peu de chose, et d’une réalité sans nul doute risible au regard d’un corps. Il ne se transporte au réel que sous les dimensions qui ne peuvent impressionner que les mouches, exalter quelques blattes peut-être, étonner les cirons. Parfois l’œil d’un escargot enfant.

   Il introduit dans le réel une surface dont les côtés excèdent rarement douze à vingt centimètres, et l’épaisseur d’un doigt.

 

Pascal Quignard, Petits traités, II, Maeght, 1980, p. 83.

 

08/08/2017

Gabrielle Althen, La vie saxifrage

                           Photo-accueil.jpg

Chant du vide

 

Le jour range ses ailes. On ne les verra plus. La beauté était venue pourtant, mais si légère qu’on l’avait prise pour une hésitation. Évasives demeurent les longues stries de clarté qui rayent encore ce fond de monde, où quelqu’un pleure par-là qui fait bien de pleurer.

 

Gabrielle Althen, Vie saxifrage, Al Manar, 2012, p. 17.

07/08/2017

Louis Wolfson, Le Schizo et les Langues

  

                                  Wolfson.jpeg

   En conséquence de certaines réflexions plus ou moins irrésistibles, l’étudiant d’idiomes se disait fréquemment : « Je suis fou ! » Parfois ça se passait après qu’il n’avait pu apprendre pendant des heures que plutôt piteusement peu dans ses études de langues ; ou peut-être il s’accusait, malgré sa maigreur extrême, d’avoir mangé trop, ayant été atteint d’une espèce de boulimie ; souvent c’était le repentir de s’être livré à un de ses tics, comme l’arrachement de poils croissant dans quelques grains de beauté sur son visage.

   L’aliéné se dirait, à ces moments-là, involontairement et en sa langue naturelle : « I’m mad ! » ce qui, bien sûr, signifie : je suis fou ! et qui se prononce : aïm (le a de la diphtongue est bien plus fort que l’i ouvert et bref) maed (la voyelle est entre é et a antérieur). Il se disait cela en effet quelque machinalement et en lui-même tout en ayant une idée vague que ce reproche de lui-même l’aiderait d’une manière quelconque à éviter de mauvaises habitudes à l’avenir et même à améliorer son état d’incapacité.

 

Louis Wolfson, Le Schizo et les Langues, préface de Gilles Deleuze, Bibliothèque de l’inconscient, Gallimard, 1970, p. 208.

06/08/2017

René Char, Les voisinages de Van Gogh

                                         _rene-char1.jpg

Demi-jour en Creuse

 

Un couple de renards bouleversait la neige,

Piétinant l’orée du terrier nuptial ;

Au soir le dur amour révèle à leurs parages

La soif cuisante en miettes de sang.

 

René Char, Les voisinages de Van Gogh, Gallimard, 1985, p. 20.

05/08/2017

René Char, Fenêtres dormantes et porte sur le toit

                                    _rene-char1.jpg

                            Tous partis !

 

   On ne partage pas ses gouffres avec autrui, seulement ses chaises.

 

   La plupart des hommes sont voués à l’entrain de l’obéissance. Sitôt qu’ils découvrent ou conçoivent au loin une servitude repeinte, leur patron sera celui qui concentrera dans ses mains les ponctuelles besognes dépeçantes. Nous n’avons cessé d’assister à cela. Charme bizarre : sans renoncer à l’espoir.

 

René Char, Fenêtres dormantes et porte sur le toit, Gallimard, 1979, p. 62.