Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2021

Bashô Seigneur ermite

Matsuo_Basho.jpg

Dans cette maison pleine d’affection

ignorant l’hiver

le décorticage du riz, un bruit de grêle

 

Oreiller d’herbes —

est-il triste trempé par l’averse d’hiver

ce chien hurlant à la nuit ?

 

Neige sur neige —

ah ! cette lumière de décembre,

celle de la lune claire

 

Errant comme un corbeau —

les pruniers en pleine floraison

comme autrefois

 

Sur le chemin montagneux

une violette me fascine

sans raison

 

Bashô, Seigneur ermite, traduction Makoto Kemmoku et Dominique Chipot, La Table ronde, 2012, p. 104,111,112, 118, 121.

14/06/2021

Bashô Seigneur ermite

                            20174383lpw-20174868-article-jpg_7009784_660x281.jpg

Regagnant la côte sur une feuille, le petit insecte où dort-il ?

 

Denuit sous la lune un ver secrètement creuse une châtaigne

 

Pareils aux herbes de pampas les épis de blé invitent-ils les coucous dans le vent ?

 

Que les couvertures superposées sont lourdes ! il doit neiger ce soir dans un lointain pays de montagne.

 

Poètes élus par les cris des singes, entendez-vous l’enfant abandonné dans le vent d’automne ?

 

Bashô Seigneur ermite, traduction Makoto Keemmoku et Dominique Chipot, La Table ronde, 2012, p. 79, 79, 85, 94, 99.

13/06/2021

Bashô Seigneur ermite

 

basho.gif

Amoureux mélancoliques —

l’éclosion des fleurs

dans le champ hivernal

 

Contemplant les fleurs sans lassitude

mon carnet de haïkus

rarement sorti du sac

 

Lee vent souffle

— le cerisier sauvage a l’air d’un chien

remuant la queue

 

Revenant au pays natal

— à cent lieues sous les nuages

profitant de la fraîcheur

 

Bashô Seigneur ermite, traduction Makoto Kemmoku et Dominique Chipot, La Table ronde, 2012, p. 44, 47, 49, 51, 62.

11/06/2021

Bashô, Friches (2)

basho_matsuo_10582.jpg

À l’ombre des fleurs

la nuit passée en voyage

évoque le chant

 

D’herbes l’appuie-tête

trempé par l’averse un chien

hurle dans la nuit

 

En voyage donc

j’aurai vu de ce bas monde

le grand nettoyage

 

De mes père et mère

le souvenir m’envahit

au cri du faisan

 

Ah le pays natal

sur mon cordon ombilical je pleure

au déclin de l’an

 

Bashô,  Friches (2), traduction René Sieffert, Presses orientalistes de France, 1992, p. 51, 61, 65, 67, 73.

10/06/2021

Bashô, Jours d'hiver

portrait-de-Basho-par-Hokusai.jpg

De notre malheur

ne résoudra le mystère

le chant du coucou

 

Jusqu’aux fleurs des champs

butine le papillon

aux ailes froissées

 

De la creuse cigale

d’automne le cri sans voix

s’élève en silence

 

Ne pouvant la couvrit

elle fait tomber la lune

l’averse d’hiver

 

Joyeusement

gazouille l’alouette

tire-lire-li

 

Bashô, Jours d’hiver, traduction

René Sieffert, Presses orientalistes

de France, 1987, p. 21, 25, 33, 37, 41.

09/06/2021

Bashô, Friches (2)

        basho_matsuo_10582.jpg

La bise un instant

retient son souffle et c’est

le petit printemps

 

Le soleil couchant

qui tremble à l’horizon

fait mal à la tête

 

Quand souffle la bise

ramasseur d’aiguilles de pin

lui tient compagnie

 

Au vent du printemps

la ceinture relâchée

visage ensommeillé

 

Moustiques de la chambre

à la fumée des offrandes

tous s’en sont allés

 

Bashô, Friches (2), traduction René Sieffert,

presses orientalistes de France, 1992, p. 21, 23, 25, 27, 29.

08/06/2021

Matsuo Bashô, Cent cinq haïkaï

AVT_Basho-Matsuo_8319.gif

 

Un court moment

S’attarde sur les fleurs

Le clair de lune

 

Bruit d’étourneaux

Du micocoulier tombent des fruits

Tempête du matin

 

Viens me voir ici

De sous la magnanerie

Une voix de crapaud

 

Dans la nuit sombre

À la recherche de son nid

Le pluvier pleure

 

Les rossignols

De derrière les saules

De devant les broussailles

 

Matsuo Bashô,  Cent cinq haïkaï,

traduction Koumiko Muraoka et

Fouad El-Etr, La Délirante, 1979, np.

08/04/2020

Bashô, Le Faucon impatient

Unknown.jpeg

Un éclair soudain

dans les ténèbres s’en va

le cri du héron

 

Champignons des pins

des feuilles d’arbres inconnus

sont restées collées

 

Automne s’en va

quand elle a ouvert le main

bogue de châtaigne

 

Dans sa robe de plumes

emmitouflées bien au chaud

pattes du canard

 

Ah le feu de braise

du visiteur sur le mur 

l’ombre se profile

 

Bashô, Le Faucon impatient, traduction

René Sieffert, POF, 1994, p. 203, 207,

215, 241, 245.

26/07/2019

Bashô seigneur ermite

120756622.jpg

Elles mourront bientôt

et pourtant n’en montrent rien —

Chant des cigales

 

Obscurité de la nuit —

Un pluvier pleure

son nid perdu

 

Jour après jour

les orges rougissent —

Chant d’alouettes

 

Souffle le vent d’automne —

Mais les bogues des châtaignes

encore vertes

 

Invisible printemps _

Des fleurs de pruniers dessinées

au revers du miroir

 

 

Bashô, seigneur ermite, édition bilingue

par Makoto Kemmoku et Dominique Chapot,

La table ronde, 2012, p. 255, 272, 276, 285, 293.

13/05/2019

Bashô, Jours d'hiver

basho.gif

Une ombre noire

dans le petit matin blême

attise la flamme

(Bashô)

 

Entre chien et loup

incliné sur l’horizon

un mince croissant

Tokoku)

 

Papillons sur le houblon

et la voilà qui se mouche

(Bashô)

 

De notre malheur

ne résoudra le mystère

le chant du coucou

(Yasui)

 

Jusqu’aux fleurs des champs

butine le papillon

aux ailes froissées

(Bashô)

  

Bashô,Jours d’hiver, traduction René

Sieffert, Presses orientalistes de France,

1987, p. 17, 17, 19, 21, 25.