Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2018

Images de Venise

DSC_0014.jpg

DSC_0072.jpg

DSC_0077.jpg

DSC_0095.jpg

DSC_0121.jpg

22/11/2018

Figures de l'art roman

IMG_0007.jpeg

IMG_0011.jpeg

IMG_0020.jpeg

IMG_0004.jpg

 

 

 

21/11/2018

Ana Tot, mottes mottes mottes

 Unknown.png

l’éternel détour

 

expulsé s’entend

sans retour

définitif pourtant

qu’est-ce que c’est

le déversé est absorbé

le répandu évaporé

 

une seule plongée

dans la même eau

pas davantage

mais la rivière l’ignore

au demeurant s’écoule

et s’écoulant demeure

 

irréversible est vue d’esprit

qu’espoir et désespoir

à parts égales égarent

 

le ponctionné quand on y pense

si ça nous chante o l’y reverse

dans le cours d’eau ou d’autre chose

ou dans le cours tout court des choses

 

Ana Tot, mottes mottes mottes, le grand os,

2018, p. 54.

11/11/2018

Quelques oiseaux

DSC_0071.jpg

DSC_0080.jpg

DSC_0093.jpg

 

DSC_0122.jpg

DSC_0087.jpg

02/11/2018

Au bord de l'étang

IMG_0636.jpg

IMG_0639.jpg

IMG_0720.jpg

14/10/2018

Images du ciel en automne (Périgord)

IMG_0886.jpg

IMG_0888.jpg

IMG_1203.jpg

IMG_0887.jpg

05/10/2018

Images d'été (Bretagne)

IMG_0746.jpg

 

image d'été 2.JPG

images d'été,bretagne

 

17/09/2018

Baie de Crozon (Finistère), plage et rocher à marée basse

IMG_1445.jpg

IMG_1446.jpg

IMG_1460.jpg

IMG_1458.jpg

 

09/09/2018

Art roman : église bénédictine de Maillezais, Vendée

IMG_1470 (1).jpg

IMG_1471 (1).jpg

IMG_1474.jpg

IMG_1476.jpg

IMG_1468.jpg

03/09/2018

Reflets dans la rivière (le Coly, Dordogne)

IMG_1362.jpg

 

IMG_1361.jpg

 

IMG_1358.jpg

 

IMG_1360.jpg

29/08/2018

Ruines du château de Saint-Paul Roux (Camaret-sur-Mer)

Château Saint-Paul Roux.JPG

 

Saint-Paul Roux (1861-1940)

24/07/2018

Claude Dourguin, Laponia

             Dourguin.jpg

(en Laponie)

 

Ici à traverser les centaines de kilomètres sans âme qui vive que le blanc unifie, j’éprouve l’espace nu, bien des fois il m’a semblé le pousser devant moi, à l’infini toujours reconstitué, inépuisable, et peut-être est-ce folie dont me tient l’exaltation, avancer projetée ers là-bas, allégée, délivrée des attaches et du regard pas dessus l’épaule, toute entière dessein, tendu vers l’avenir inconnu, illusoire peut-être, qui se confond avec le franchissement des distances. Alors cet élan sans rupture que rien n’arrête — un jour, la mer, seule — tient lieu de destin. 

 

Claude Dourguin, Laponia, 2014, p. 42.

03/07/2018

Marlene Dumas, Afrique du Nord (Femmes d'Alger)

                         Marlene Dumas.jpg

Afrique du Nord (Femmes d’Alger)

 

Foyer du striptease,

Foyer de la danse des sept voiles,

Foyer des ancêtres d’Abraham,

patriarche des Juifs, des Musulmans et des chrétiens.

Foyer d’un Dieu qui ne veut pas être reproduit.

D’Alger, Nelson Mandela reçut un entraînement militaire,

apprit de leur guerre de libération des tactiques de guérilla.

Delacroix peignit "Femmes d’Akger" (1834),

femmes détendues dans un harem féminin pacifique.

En 1954, Picasso peignit (de nombreuses) toiles sensuelles

inspirées par cette source franco-africaine.

Il ignorait de ce que deviendrait cet orientalisme.

En 2000, je vis la photo d’une jeune fille nue,

tenue par — « exposée » entre — deux soldats français posant.

Elle fut prise en 1960 à Alger.

Je peignis ma "Femme d’Alger" en 2001.

 

Marlene Dumas, traduction Martin Richet, dans Koshkonongn° 14, p. 21.

29/06/2018

Arno Schmidt, Scènes de la vie d'un faune

179391.jpg

Août-septembre 1944

[...]

Un chat s'approche, hésitant, m'adresse un regard timide, accompagné d'un petit rire gêné : je lui coup une de mes trois rondelles de saucisson que je pose sur un bout de papier gras : — — Une vieille femme, perchée sur un vélo, zigzague dangereusement au milieu des gosses qui sortent de l'école.

Un chœur d'enfants  ânonnait avec conviction : « Brossons nos quenottes. Zoignons nos menottes. Avant de faire dodo. Pensons saque soir au Fuhrère. Il nous donne notre lolo.   Il nous protèze comme un père ! » Je n'ai pas pu me retenir d'aller jusqu'à la haie pour regarder ces mioches de cinq ans , en barboteuses, bib and tucker, sagement assis sur leurs bancs de bois. La sœur (qui venait de leur faire répéter cette monstrueuse litanie) était en train de distribuer des bonbons vitreux ; ils les mettaient alors dans un petit pot de fer blanc et touillaient avec application, jouant à les <faire cuire> : le régime capable d'inventer des choses pareilles ?! Mais je me suis alors rappelé que la première chanson qu'on m'avait apprise à l'école maternelle était : « L'Empereur est un brave homme (sic): il habite à Berlin. » C'est sans doute ainsi qu'on enseigne partout les premiers rudiments d'<instruction civique> ! : Tous des salauds ! Oser pomper ce purin fétide dans des réceptacles innocents et sans défense ! Ou l'absurde rengaine du « Sang du Christ »! : Jusqu'à l'âge de dix-sept ou dix-huit ans, les enfants devraient grandit dans une parfaite neutralité philosophique. Après, quelques cours sérieux suffiraient ! On pourrait alors leur conter alternativement l'histoire à dormir debout de la « Sainte Trinité » et la vaste blague du « brave homme de Berlin » et, à titre de comparaison, leur enseigner la filosofie et es sciences naturelle. Alors, les obscurantistes pourraient s'inscrire au chômage !

 

Arno Schmidt, Scènes de la vie d'un faune, traduit de l'allemand par Jean-Claude Hémery avec la collaboration de Martine Vallette, 1991 [1962, Julliard], Christian Bourgois, p. 157-158.

Arno Schmidt, Scènes de la vie d'un faune

179391.jpg

Août-septembre 1944

[...]

Un chat s'approche, hésitant, m'adresse un regard timide, accompagné d'un petit rire gêné : je lui coup une de mes trois rondelles de saucisson que je pose sur un bout de papier gras : — — Une vieille femme, perchée sur un vélo, zigzague dangereusement au milieu des gosses qui sortent de l'école.

Un chœur d'enfants  ânonnait avec conviction : « Brossons nos quenottes. Zoignons nos menottes. Avant de faire dodo. Pensons saque soir au Fuhrère. Il nous donne notre lolo.   Il nous protèze comme un père ! » Je n'ai pas pu me retenir d'aller jusqu'à la haie pour regarder ces mioches de cinq ans , en barboteuses, bib and tucker, sagement assis sur leurs bancs de bois. La sœur (qui venait de leur faire répéter cette monstrueuse litanie) était en train de distribuer des bonbons vitreux ; ils les mettaient alors dans un petit pot de fer blanc et touillaient avec application, jouant à les <faire cuire> : le régime capable d'inventer des choses pareilles ?! Mais je me suis alors rappelé que la première chanson qu'on m'avait apprise à l'école maternelle était : « L'Empereur est un brave homme (sic): il habite à Berlin. » C'est sans doute ainsi qu'on enseigne partout les premiers rudiments d'<instruction civique> ! : Tous des salauds ! Oser pomper ce purin fétide dans des réceptacles innocents et sans défense ! Ou l'absurde rengaine du « Sang du Christ »! : Jusqu'à l'âge de dix-sept ou dix-huit ans, les enfants devraient grandit dans une parfaite neutralité philosophique. Après, quelques cours sérieux suffiraient ! On pourrait alors leur conter alternativement l'histoire à dormir debout de la « Sainte Trinité » et la vaste blague du « brave homme de Berlin » et, à titre de comparaison, leur enseigner la filosofie et es sciences naturelle. Alors, les obscurantistes pourraient s'inscrire au chômage !

 

Arno Schmidt, Scènes de la vie d'un faune, traduit de l'allemand par Jean-Claude Hémery avec la collaboration de Martine Vallette, 1991 [1962, Julliard], Christian Bourgois, p. 157-158.