Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2020

Franz Kafka, Journaux, traduction Robert Kahn

Robert Kahn, traducteur de Kafka, avec À Milena (2015), les Derniers cahiers (2017) et, cette année, les Journaux, tous livres publiés aux éditions NOUS, est mort le 6 avril 2020.

Troisième extrait des Journaux pour lui rendre hommage.

Kafka.jpg

Quatrième cahier

 Quand on s’arrête sur un livre de lettres ou de mémoires, quelle que soit la personne concernée (...), qu’on ne le fait pas pénétrer en soi par sa propre force, car pour cela il faut déjà de l’art et celui-ci se suffit à lui-même, mais que cela  vous est donné — pour celui qui n’oppose pas de résistance cela arrive vite — de se séparer de l’étranger ainsi constitué et de consentir à en faire un membre de sa famille, alors ce n’est plus quelque chose de spécial quand, en refermant le livre on se retrouve face à soi-même, et que, après cette excursion et ce délassement, on se sent à nouveau mieux dans son être propre, renouvelé et secoué à neuf d’avoir été pendant un moment vu de loin, et on reste avec une tête plus libre.

 Franz Kafka, Journaux traduction Robert Kahn, NOUS, 2020, p. 247.

26/04/2020

Franz Kafka, Journaux, 2, traduction Robert Kahn

Robert Kahn, traducteur de Kafka, avec À Milena (2015), les Derniers cahiers (2017) et, cette année, les Journaux, tous livres publiés aux éditions NOUS, est mort le 6 avril 2020.

Second extrait des Journaux pour lui rendre hommage.

franz kafka,journaux,traduction robert kahn,train,voyageur,oubli,enfant

   

   Onzième Cahier

Être dans un train, l’oublier, vivre comme chez soi, se souvenir subitement, sentir la force motrice du train, devenir un voyageur, sortir la casquette de la valise, aller à la rencontre de ses compagnons de  voyage de façon plus libre, plus cordiale , plus insistante, être porté sans mérite vers son but, le ressentir comme un enfant, devenir le chéri de ces dames, se trouver sous la force d’attraction continuelle de la fenêtre, avoir toujours au moins une main posée sur la planchette de la fenêtre. Situation esquissée de manière plus aiguë : oublier que l’on a oublié, devenir d’un coup un enfant qui voyage seul dans un train rapide comme l’éclair, enfant autour duquel le wagon tremblant se hâte se déploie de manière étonnante dans les plus petits détails comme dans la main d’un prestidigitateur.

 

Franz Kafka, Journaux, traduction Robert Kahn, NOUS, 2020, p. 705.

25/04/2020

Franz Kafka, Journaux, traduction Robert Kahn

 

Robert Kahn, traducteur de Kafka, avec À Milena (2015), les Derniers cahiers (2017) et, cette année, les Journaux, tous livres publiés aux éditions NOUS, est mort le 6 avril 2020.

Plusieurs extraits des Journaux pour lui rendre hommage.

Kafka.jpg

Quatrième cahier

   On ne peut éviter dans une autobiographie que, très souvent, là où l’on devrait utiliser l’expression « une fois », qui correspond à la vérité, on la remplace par « souvent ». Car on reste toujours conscient du fait que le souvenir va chercher dans cette obscurité que l’expression « une fois » fait éclater et que le mot « souvent » n’épargne pas non plus totalement, mais qu’elle est au moins conservée dans la vision de celui qui écrit et qu’elle le porte au-delà des parties de sa vie qui ne se sont peut-être pas du tout produites mais qui remplacent pour lui celles qu’il ne peut plus, et même avec un doute, effleurer dans son souvenir.

Franz Kafka, Journaux, traduction Robert Kahn, NOUS, 2020, p. 296.

24/04/2020

Simone Debout et André Breton, Correspondance 1958-1966

Couv-Debout-Breton.jpeg

Une carte postale ancienne ouvre le livre, c’est une vue de la statue de Fourier, inaugurée en 1899 boulevard de Clichy et fondue par le gouvernement de Vichy en 1941 : il n’en reste que le socle.... Fourier est le sujet principal de cette correspondance et de l’essentiel des annexes. Pourquoi s’est faite la rencontre entre l’écrivain et la professeure de philosophie ? Simone Debout, qui vivait à Grenoble, préparait une thèse sur l’éducation sociale chez Fourier ; André Breton, qui était parti aux États-Unis en 1940, y avait découvert Fourier et, de retour en France en 1946, y avait publié son Ode à Charles Fourier(1947). Simone Debout, qui connaissait bien l’œuvre du poète, lui avait remis en 1958 une partie de son travail. Suivront une correspondance et des rencontres.

Breton ne cache pas son enthousiasme à la lecture des pages de la thèse et pense que l’ensemble achevé pourrait « provoquer, en faveur de Fourier, un vaste courant attractif », mouvement qui, à ses yeux, importe pour « l’avenir du monde ». Il propose à Simone Debout de publier un fragment important de sa thèse dans Le surréalisme, même et lui envoie un exemplaire de la revue 14 juillet. « Je l’ai lu comme on retrouve un air natal ! », écrit-elle en retour, appréciant le portrait de Fourier, un article de Claude Lefort, un témoignage de Robert Antelme,  « la violence » de Marguerite Duras. 

Cependant, elle déplore « l’inflation verbale » de Dionys Mascolo et Jean Schuster dans un envoi spécial de la revue, en date du 21 septembre 1958, c’est-à-dire le jour du référendum qui fondait la Ve République ; elle qui avait été une grande résistante analyse ce que représente la venue de De Gaulle (« accident du pourrissement socialiste ») au pouvoir et insiste sur la nécessité  de lire les événements sans tout confondre : « je ne crois pas que des exigences politiques puissent être "sans date" » ; leçon pour ceux qui appellent à la résistance à De Gaulle de la même manière qu’il y avait eu le refus de Pétain. Simone Debout, consacrant l’essentiel de sa lettre — c’est la plus développée — à cette question politique (« je ne voulais pas vous donner à demi mon impression »), montre là la fermeté de son engagement dans la société. Elle constate qu’en 1958 « le socialisme ne vit plus vraiment en France » et, dans une autre lettre, elle met son espoir dans la diffusion de l’utopie fouriériste qui, pour elle comme pour Breton, « peut être chargée de puissances à venir ».

La pensée de Fourier et les travaux qu’y consacre Simone Debout sont bien au centre de cette correspondance. Quand André Breton regrette le format trop petit des caractères pour la publication du fragment de thèse, il demande en même temps un autre extrait pour le catalogue de l’exposition internationale du surréalisme de décembre 1959. Simone Debout accepte, satisfaite de la première publication : « Je souhaiterais donner faim de connaître cet étrange génie ». Elle participe en 1961 à une livraison de la Revue internationale de philosophie, éditée en Belgique, consacrée à Fourier — elle enverra en 1962 le numéro à Breton en y ajoutant des inédits. Elle est chargée, la même année, de préparer la réédition du livre majeur de Fourier, La Théorie des quatre mouvements : elle envoie le texte mis au pont aux éditions Jean-Jacques Pauvert en août et son introduction un peu plus tard — mais le tout ne sera mis sous presse qu’en 1964. 

La correspondance, cependant, aborde d’autres sujets. L’engagement politique de Simone Debout et son amitié avec des membres d’Action poétique, la conduisent à demander une collaboration à André Breton pour un numéro de la jeune revue autour de la guerre d’Algérie, « ils seraient très heureux d’avoir un texte de vous » — mais il répond, justement, que le délai de remise du texte est trop court. À partir de l’intérêt pour Fourier, des liens se sont construits et Simone Debout confie à l’écrivain qu’elle admire les difficultés de sa vie : la maladie de son mari, la sienne qui nécessitera une opération, l’éducation d’un fils hors des normes — ce qui lui fait un jour écrire « je n’ai plus de réserve pour les instants possibles de vraie vie ». Elle fait aussi part des moments heureux, comme la découverte de ce moment où l’on voit, une fois tous les quatre ans au printemps, « la graine [des sapins] fuser de toutes les branches » ; André Breton retient le récit et le publie peu après dans la revue Bief. À diverses reprises, elle l’invite à venir près de Grenoble, notamment pour chercher des agates roulées, la dernière fois en mars 1966 ; André Breton, affaibli, ne répond pas, il meurt le 26 septembre.

Le volume est augmenté de textes de Simone Debout, d’abord d’un Mémoire d’André Breton à Charles Fourier, la révolution passionnelle. L’ensemble aide à comprendre ce qui a passionné André Breton à la lecture de Fourier. Simone Debout relate sa découverte de l’utopiste, grâce à Fernand Rude, historien des mouvements sociaux, « c’est aux clartés mobiles des passions — l’amour — que j’ai lu Fourrier ». Elle décrit ce « théâtre muet » qu’était le bureau d’André Breton, « voyage dans le temps, dans les profondeurs de la vie et de l’art », et suit l’évolution politique de l’écrivain jusqu’à son rejet du système soviétique et l’écriture de l’Ode à Charles Fourier. Elle analyse précisément des fragments du poème et, parallèlement, des éléments de l’utopie de Fourrier ; retenons que pour lui le péché originel existe, c’est le fait qu’un homme a rendu esclave un autre homme ; se libérer de cette sujétion ferait retrouver le vrai sens du travail, le « plaisir de se transformer en transformant le monde ».

Dans un dernier ensemble, Simone Debout rapporte quelques moments de son activité  dans la Résistance, que l’éditeur de la correspondance précise, en rappelant que « Debout » a d’abord été le pseudonyme de son mari, Ludwig Oleszkiewicz, lui aussi engagé contre l’occupation allemande. Florent Perrier donne par ailleurs pour chaque lettre les éléments contextuels à la fois nécessaires à la compréhension de ces échanges anciens et les rendant vivants ; les illustrations (nombreuses photographies, fac-similés de lettres, reproductions de couvertures d’ouvrages, de tableaux ; etc.), comme dans chaque livre des éditions, remplissent les mêmes fonctions.

Simone Debout et André Breton, Correspondance 1958-1966 , édition Florent Perrier, Claire Paulhan, 2019, 288 p., 35 €. Cette note de lecture a été publiée par Sitaudis le 25 mars 2020.

 



 

23/04/2020

Étienne Jodelle, Les Amours et autres poésies

medium.jpg

Ou soit que la clarté du soleil radieux

Reluise dessus nous, ou soit que la nuict sombre

Luy efface son jour, et de son obscure ombre

Renoircisse le rond de la voulte des cieux ;

 

Ou soit que le dormir s’escoule dans mes yeux,

Soit que de mes malheurs je recherche le nombre,

Je ne puis eviter à ce mortel encombre,

Ny arrester le cours de mon mal ennuyeux.

 

D’un malheureux destin la fortune cruelle

Sans cesse me poursuit, et tousjours me martelle :

Ainsi journellement renaissent tous mes maux.

 

Mais si ces passions qui m’ont l’ame asservie,

Ne soulagent un peu ma miserable vie,

Vienne, vienne la mort pour finir mes travaux.

 

Étienne Jodelle, Les Amours et autres poésies, édition

Ad. Van Bever, E. Sansot, 1907, p. 66-67.

22/04/2020

Pontus de Tyard, Le livre des erreurs amoureuses

 

               

Unknown.jpeg

XXVII

 

Je fus contraint (grace à ma destinée)

   En toy vivement trespasser,

   Quand je te veis toute femme passer

   En vertu haute, & douce beauté née.

Je trespassay, car mon ame estonnée

   De ta grandeur, pour librement penser,

   Te voulut suivre, & le mien corps laisser,

   Où elle fut long temps emprisonnée.

Dont maintenant vivant sans avoir vie,

   Sinon ce peu, que desireuse envie

   Pour te servir ardemment m’en enflame :

Il n’est estrange (ô Dame) si ce corps

   Te va suivant par tant & tant de mors,

   Comme sepulchre où repose son ame.

 

Pontus de Tyard, Le livre des erreurs amoureuses, dans

Les œuvres poétiques de —, Galiot du pré, 1573, p. 25-26

(Gallica)

21/04/2020

Agrippa d'Aubigné, Les Tragiques

0000000551L.jpg

                       Misères

Financiers, justiciers, qui opprimez de faim

Celui qui vous faict naistre ou qui defend le pain,

Sans qui le laboureur s’abreuve de ses larmes,

Qui souffrez mendier la main qui tient les armes,

Vous, ventre de la France, enflez de ses langueurs,

Faisant orgueil de vent, vous monstrez vos rigueurs.

Voyez la tragedie, abaissez vos courages.

Vous n’estes spectateurs, vous estes personnages ;

Car encor’ vous pourriez contempler de bien loin

Une nef sans pouvoir lui aider au besoin,

Quand la mer l’engloutit, et pourriez de la rive,

En tournant vers le ciel la face demi-vive,

Plaindre sans secourir ce mal, oisivement,

Mais quand, dedans la mer, la mer pareillement

Vous menace de mort, courez à la tempeste :

Car avec le vaisseau vostre ruine est preste.

 

Théodore Agrippa. D’Aubigné, Les TragiquesJannet, 1857, p. 36.

20/04/2020

Théophile de Viau, Après m’avoir fait tant mourir

theophile-de-viau-image-2015-05-04-10-55-53.jpg

                       Sonnet

 

Ministre du repos, sommeil père des songes,

Pourquoi t’a-t-on nommé l’Image de la Mort ?

Que ces faiseurs de vers t’ont jadis fait de tort,

De le persuader avecque leurs mensonges !

 

Faut-il pas confesser qu’en l’aise où tu nous plonges,

Nos esprits sont ravis par un si doux transport,

Qu’au lieu de raccourcit, à la faveur du sort,

Les plaisirs de nos jours, sommeil tu les prolonges.

 

Dans ce petit moment, ô songes ravissants !

Qu’Amour vous a permis d’entretenir mes sens,

J’ai tenu dans mon lit Élise toute nue.

 

Sommeil, ceux qui t’ont fait l’Image du trépas,

Quand ils ont peint la mort ils ne l’ont point connue :

Car vraiment son portrait ne lui ressemble pas.

 

Théophile de Viau, Après m’avoir fait tant mourir,

Œuvres choisies, Poésie/Gallimard, 2003, p. 117.

19/04/2020

La Rochefoucauld, Maximes

 

        1. On n’est jamais si heureux ni si malheureux qu’on s’imagine.

 

        1. Il n’y a point de déguisement qui puisse longtemps cacher l’amour où il est, ni le feindre où il n’est pas.

 

        1. Il en est du véritable amour comme de l’apparition des esprits : tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu.

 

        1. Le vrai moyen d’être trompé, c’est de se croire plus fin que les autres.

 

        1. On ne loue d’ordinaire que pour être loué.

 

La Rochefoucauld, Maximes, Garnier/Flammarion, 1977, p. 49, 51, 51, 56, 57.

18/04/2020

Maurice Scève, Délie

VII.  Celle beaulté, qui embellit le Monde Quand naſquit celle en qui mourant ie vis, A imprimé en ma lumiere ronde Non ſeulement ſes lineamentz vifz : Mais tellement tient mes eſprits rauiz, En admirant ſa mirable merueille, Que preſque mort, ſa Deité m’eſueille, En la clarté de mes deſirs funebres, Ou plus m’allume, & plus, dont m’eſmerueille, Elle m’abyſme en profondes tenebres. Maurice Scève, Délie, objet de plus haulte vertu, E. Scheuring, Lyon, 1862. merveille, désir

VII

Celle beaulté, qui embellit le Monde
Quand naſquit celle en qui mourant ie vis,
A imprimé en ma lumiere ronde
Non ſeulement ſes lineamentz vifz :
Mais tellement tient mes eſprits rauiz,

En admirant ſa mirable merueille,
Que preſque mort, ſa Deité m’eſueille,
En la clarté de mes deſirs funebres,
Ou plus m’allume, & plus, dont m’eſmerueille,
Elle m’abyſme en profondes tenebres.

Maurice Scève, Délie, objet de plus haulte vertu,

E. Scheuring, Lyon, 1862, p.8.

 

 

17/04/2020

Joachim du Bellay, Recueil de sonnets

2213.jpg

À M. Le Sçeve, Lyonnois

 

Gentil esprit, ornement de la France,

   Qui d’Apollon sainctement inspiré

   T’es le premier du peuple retiré,

   Loin du chemin tracé par l’ignorance.

Sçeve divin, dont l’heureuse naissance

   N’a moins encore son Rosne décoré

   Que du Tuscan le fleuve est honnoré

   Du Tronc qui prend à son bord accroissance,

Reçoy le vœu qu’un devot Angevin

   Enamouré de ton esprit divin,

   Laissant la France à sa grandeur dedie ;

Ainsi tousjours le Rosne impetueux,

   Ainsi la Sône au sein non fluctueux,

Sonne tousjours et Sçeve et sa Delie.

 

Joachim du Bellay, Poésies française et latines de

J du B, Garnier, 1918, p. 145.

 

 

16/04/2020

Pierre Alferi, chaos : recension

pierre alferi,chaos,recension

divers chaos réunit des poèmes écrits ou publiés au cours des années 2000 (un seul ensemble date de 1993), sous une autre forme ou dans un autre contexte pour des poèmes isolés — par exemple, un hommage à Jude Stéfan édité isolément (ink, 2011) est intégré dans la sirène de satan. Le titre — chaoss’emploie rarement au pluriel(1) — insiste aussi bien sur la diversité des ensembles que sur la mise en question de normes formelles admises et, par ailleurs, sur l’état de la société, image du désordre.

Le premier chaos, c’est celui que retiennent les poèmes d’ouverture ; et la rue(2018) présente une vue de la ville — Paris — aujourd’hui et questionne la difficulté à restituer la réalité : comment le mot "violence" peut-il suffire à dire ce que sont les opérations de police ? La violence de l’État prend des formes diverses, visibles, abandonnant les plus pauvres, les migrants dans la rue ; aussi

la honte nous survivra
nos descendants diront
enjambaient des corps
longeaient des familles à terre
pour faire leurs courses

Alferi brise la syntaxe, ici et dans d’autres poèmes, pour que la violence dans la réalité quotidienne soit inscrite dans la langue. Le désordre s’impose à d’autres niveaux, les changements affectent la manière d’habiter la ville et rejettent à l’extérieur une partie de la population (« on va / vivre plus loin »). En même temps c’est « la laideur sans frontières », l’importance des "jeux du cirque" avec des « projecteurs / plus haut que les flèches / de leur dame », la transformation de la nourriture (« les churros les burgers »), la surveillance permanente (« souriez / vous êtes filmés »), les pratiques à la mode et leur vocabulaire (« phyto chéro déco bio »), l’omni-présence des médias (« les nouvelles nouvelles »). La « métaphore du vide » est prolongée par l’existence des parcs dits de loisir, celui de Disney et « son univers impitoyable- / ment fluide ». Monde du leurre et de la suffisance dans lequel les assis « mangent des huîtres sous faux modigliani ».

Rien d’heureux dans ce tableau, encore assombri dans rue des deux-gares. Le premier poème donne le nom de quelques médicaments antidépresseurs et, progressivement, s’impose l’image d’un monde sans assise ; on voit « une vieille qui pisse / un allemand fou aux urgences / qui hurle je suce je suce ». Dans la sirène de satan (2019) c’est encore un monde de semblant qui est présenté, où « chacun trouve un équilibre / sans se soucier des autres » : « vivre sépare ». La violence n’a rien de symbolique — on peut compter « le nombre d’éborgnés chez les manifestants » — et il faut (et l’on peut) écrire à propos de la réalité de la société, « un poème qui touche / la crasse ». Poésie non pas "engagée", mais contre le chaos pour que chacun « lève / les yeux vers le / dégagement / qui rend la ville / propre à de nouveaux / usages d’utopie ». L’écriture permet de construire un cadre pour saisir quelque chose de la réalité, dire le chaos pour imaginer ce qui pourrait être autre.

En se souvenant cependant que le sens, des mots comme des choses, échappe souvent, comme tel graffiti sur un mur : une injonction peut être claire (« rappelle-toi beryllos »), mais ni le destinateur, ni le destinataire, ni le contenu de ce qui est à se remémorer. Cette question du sens est une de celles abordées dans un livre de Jacques Derrida (La Carte postale, 1980), cité par Alferi (« chez nous tous les messages / dépassent leur cible / je n’oublie pas la carte / postale de mon père »). On peut orienter le sens de la lecture d’un énoncé grâce notamment à l’emploi de paronomases (« l’arrêt alité », « des gafa gaffe à », « l’intime mité », etc.), ou par le rejet (« la rentrée des classes / sociales »). On s’arrêtera aussi à la manière dont est travaillée une forme traditionnelle, le sonnet.

Écrire l’histoire du sonnet, ce serait sans doute retracer les transformations du modèle pétrarquiste et du modèle français jusqu’aux sonnets en prose de Roubaud. Pierre Alferi, lui, abandonne la langue et propose un sonnet en 14 dessins, sonnet que l’on peut reconnaître de forme shakespearienne : (ABBA) x 2 CDCDEE — cette forme est aussi celle de quelques pièces (dont la première) des Holy sonnets de John Donne (2). Des personnages en noir au premier plan dans la première image sont en grisé dans l’image, vue comme dans un miroir, qui "rime" avec elle, et ceux au départ en grisé viennent alors au premier plan ; ils sont en mouvement dans les "quatrains", plutôt immobiles dans les "tercets". Une simple description du dispositif montre donc que les règles sont respectées si l’on accepte l’équivalence une image = un vers. Cependant, on est loin du projet des poètes du XVIsiècle pour qui le sonnet visait à illustrer les ressources de la langue ; ici, le lecteur peut commenter l’attitude des personnages (coureur, lutteurs de sumo, femme aux seins nus sur un piédestal, équilibriste, etc.) sans qu’il soit possible d’introduire une continuité propre au genre : c’est le contenu même du mot "sonnet" qui vacille.

D’autres ensembles mêlent texte et dessin. Algologie est écrit à partir de dessins d’algues empruntés au livre d’une botaniste ; sous le titre beryllos des lettres en désordre de l’alphabet grec annoncent le graffiti au centre du poème. La première page de gauche de propre à rien (où "propre" est aussi à entendre pour « bien lavé ») évoque dans une chambre les odeurs du corps (cou, seins, sexe), évocation qui s’ouvre par une homophonie, « chair amie », et se ferme par une paronomase, propriété-propreté, en accord avec la relation suggérée ; la chambre est dessinée page de droite, réduite à un lit et à un téléviseur. La plupart des poèmes suivants sont liés aux odeurs avec une répartition texte-dessin analogue ; la dernière image présente un homme fort concentré pour lâcher des vents, image du refus de la bienséance, « — tout plutôt que / l’arrogance du neutre / du littéral déodorant / réputé libre ».

Le dessin n’est pas une simple illustration de ce que les mots suggèrent, et d’ailleurs les mots ne suggèrent parfois que des stéréotypes — une des formes du chaos ? C’est le cas, sous le titre "serial", dans des poèmes en français avec leur traduction en anglais (ou l’inverse), qui énumèrent des situations souvent propres aux films de série B ; ainsi ce résumé de scénario qui ouvre l’ensemble, « une pièce brisée / une boîte noire / une balle de cuivre / sept perles / qu’est-il arrivé à marie ? / avec qui se marie marie ? ». On notera que dans le second scénario, également concis, sont accumulés des mots suggérant l’absence, le manque : perdu, caché, fantôme, sans clé, j’aimais, attachée, bâillonnée. 

Il est un autre regard vers l’anglais avec le souvenir des poètes américain John Asbery et anglais Tom Raworth, annoncé dans le premier vers d’un poème par « j’ai deux amours ». Cette allusion transparente à une chanson de Joséphine Baker est peut-être à intégrer dans la pratique d’Alferi qui introduit dans les poèmes, parfois très brefs, quantité d’homophonies, paronomases, allitérations, assonances et allusions, de « cèdre crayon craquant copeau » à patchouli-pâte jolie et au « j’y suis » de Rimbaud. Alferi essaie des formes en prenant son bien partout, y compris avec une forme proche du haïku (dans été passé) ou une mise en page de poèmes chinois. Ce qui reste constant, c’est le choix du vers bref, le plus souvent de 4, 5 et 6 syllabes, vers qui exclut le récit — d’ailleurs un poème s’achève par « l’histoire manque ». L’unité de ces chaos n’est pas que formelle, ce qui domine à la lecture, c’est le rejet du convenu. 

  1. Un exemple dans La Légende des siècles("Le Satyre"), « Au-dessus de l’Olympe éclatant, (...) Plus loin que les chaos, prodigieux décombres ».
    2. Pierre Alferi a traduit John Donne (Paradoxe et problèmes, Allia, 2011).

Pierre Alferi, Divers chaos, P. O. L, 2020, 270 p., 18 €. Cette note de lecture a été publiée par Sitaudis le 9 mars 2020.

 

 

 

15/04/2020

Pierre de Marbeuf, Le Miracle d'amour

                     Sonnet

 

Et la mer et l’amour ont l’amer en partage,

Et la mer est amère, et l’amour est amer,

On s’abîme en l’amour aussi bien qu’en la mer ;

Car la mer et l’amour ne sont point sans orage.

 

Celui qui craint les eaux, qu’il demeure au rivage,

Celui qui craint les maux qu’on souffre pour aimer

Qu’il ne se laisse pas à l’amour enflammer,

Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

 

La mère de l’amour eut la mer pour berceau,

Le feu sort de l’amour, sa mère sort de l’eau,

Mas l’eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

 

Si l’on pouvait éteindre un brasier amoureux,

Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,

Que j’eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

 

Pierre de Marbeuf, Le Miracle d’amour, Obsidiane,

1983, p. 130.

14/04/2020

Louise Labé, Œuvres, Sonnets

louiselabedet.jpg

                       Sonnet VII

On voit mourir toute chose animée,

   Lors que du corps l'âme futile part :

   Je suis le corps, toi la meilleure part ;

   Ou es tu donc, dame vie aimée ?

Ne délaissez pas si longtemps pamée

   Pour me sauver après viendrais trop tard,

   Las, ne mets point ton corps en ce hazard ;

   Rens lui sa part & moitié estimée.

Mais fais, Ami, que ne sois dangereuse

   Cette rencontre & revue amoureuse,

   L'accompagnant, non de severite,

Non de rigueur : mais de grâce amiable,

   Qui doucement me rende sa beauté,

   Jadis cruelle, a present favorable. 

Louise Labé, Œuvres, Slatkine, 1981, p. 114.

 

13/04/2020

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, adieu, temps, épreuve

   Bonjour, ma douce vie, autant remply de joye,

Que triste je vous dis au departir adieu :

En vostre bonne grace, hé, dites moy quel lieu

Tient mon cœur, que captif devers vous je r’envoye ?

   Ou bien si la longueur du temps & de la voye

Et l’absence des lieux ont amorty le feu

Qui commençoit en vous à se monstrer un peu :

Au moins, s’il n’est ainsi, trompé je le pensoye.

   Par espreuve je sens que les amoureux traits

Blessent plus fort de loing qu’à l’heure qu’ils sont pres,

Et que l’absence engendre au double le servage.

   Je suis content de vivre en l’estat où je suis,

De passer plus avant je ne dois ny ne puis :

Je deviendrois tout fol, où je veux estre sage.

 

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, dans Les

Amours, Garnier, 1963, p. 429.