Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2021

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique

jean-claude-pirotte-rimbert-poesie-768x467.jpg

le mal des anges

 

un jour je suis parti

pour ne plus revenir

les gendarmes  m’ont pris

et je suis revenu

 

une autre jour encore

plus tard un vingt octobre

j’ai descendu la Meuse

le vieux fleuve impassible

 

et j’ai quitté ses rives

pour les rives du Rhin

et le bac du passeur

qui n’avait pas de chien

 

car ce n’était pas l’heure

de la dernière obole

mais celle d’un ailleurs

magique et sans école

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique,

La Table ronde, 2012, p. 293.

 

21/06/2021

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique

 Pirotte.jpg

                     Paysages, 2

 

le pays que j’habite est un pays perdu

comme tous les pays que le siècle déserte

avec les vieux clochers les murs qui se délabrent

et les pommiers tordus redevenus sauvages

l’horloge s’est arrêtée les chemins ne vont plus

aux granges que l’oubli dans le silence étreint

cependant nous marchions (dis-tu) dans le matin

quand au. bord des étangs rêvaient les fiancées

mais cela n’eut pas lieu qui nous était promis

ce bonheur ces baisers la tiédeur des fruits mûrs

et le grand ciel flambant des étés revenus

voici nos souvenirs au pied des arbres nus

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique, La Table ronde, 2009, p. 701.

20/06/2021

Étienne Faure, Penchants aux fenêtres

SDC10698 (Copier).jpeg

L’été, fenêtre ouverte, nous voyageons avec les avions

qui s’en vont, quittant le territoire en vrombissant

comme soulevés d’un destin trop lourd — deux août,

même chaleur anniversaire qui jour pour jour

avait saisi les aïeux de fureur

dans la mobilisation des corps soudain

suspendus à des déclarations d’amour, non, de guerre,

peaux empourprées aux moindres caresses,

une dernière fois sous le soleil posant

la tête sur la patrie qu’est la poitrine

à susurrer ça va vous coûter cher., l’amant, autant dire

la vie, moissons défaites, toutes faux passées

et des poèmes écrits à la dernière minute

dans la poussière de l’été, cette saison

à jamais révolue, enfermée dans le passé

d’un mot qui ce jour-là aura

été, à Paris maintenant démobilisé

 

énième deux août à Paris

 

Étienne Faure, Penchants aux fenêtres, dans

Contre-Allées, N° 43, printemps 2021, p. 8

19/06/2021

Isabelle Lévesque, en découdre

                 isabelle-levesque.jpg

                     Demain départ

 

Demain, terre où les graines avivent les sons. Toute ordonnance sillonne et attache l’écorce brune que nous soulevons. Un arbre de plus, et la route.

 

Demain je quitterai le point fixe de la branche, mon heure aura proscrit l »immobile. Nous ferons corps des nuages. Le chant vers l’ascension. Rien contre ? Tu ne peux retenir les sons, leur écho dissout le temps. Inévitablement.

 

Sans qu’une faille présume du sort.

 

Isabelle Lévesque, en découdre, L’herbe qui tremble, 2021, p. 25.

18/06/2021

Jean de La Fontaine, Le vieux Chat et la jeune Souris

              480e903b08a88d759a0bc370de093caf.jpg 

     Le vieux Chat et la jeune Souris

 

Une jeune Souris de peu d’expérience

Crut fléchir un vieux Chat implorant sa clémence,

Et payant de raison le Raminogrobis :

         Laissez-moi vivre : une Souris    

De ma taille et de ma dépense

Est-elle à charge en ce logis ?

Affamerais-je, à votre avis,

L’Hôte et l’Hôtesse, et tout leur monde ?

D’un grain de blé je me nourris ;

Une noix me rend toute ronde.

À présent je suis maigre ; attendez quelque temps

Réservez ce repas à Messieurs vos Enfants.

Ainsi parlait au Chat la Souris attrapée.

 

         L’autre lui dit ; Tu t’es trompée.

Est-ce à moi que l’on tient de semblables discours ?

Tu gagnerais autant de parler à des sourds.

Chat et vieux pardonner ? cela n’arrive guères.

         Selon ces lois, descends là-bas,

         Meurs, et va-t’en tout de ce pas

         Haranguer les sœurs Filandières.

Mes Enfants trouveront assez d’autres repas.

         Il tint parole ; et pour ma fable,

Voici le sens moral qui peut y convenir :

La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir.

         La vieillesse est impitoyable.

 

La Fontaine, Fables, 12, V, Pléiade/Gallimard, 2021, p. 771.

17/06/2021

Au bord de l'Atlantique

IMG_2139.JPG

IMG_2171.JPG

IMG_2175.JPG

IMG_2177.JPG

IMG_2134.jpeg

Photos Chantal Tanet

16/06/2021

Franck Delorieux, Quercus suivi de Le séminaire des nuits

AVT_Franck-Delorieux_8218.jpg

             La peau des dieux

 

Le temps est un puits profond profond

Où l’on se jette corps et âme l’eau noir

Ressemble à la nuit ô ciels nocturnes

L’onde est sans espoir mais il faut toujours

Vivre je dérive en barque comme sur une mer

Azurée les vagues des gloires passées rafraîchissent

Mon torse mes membres mon visage je plonge nu

Et savoure la nage l’embrun qui m’enrobe sont

La peau des dieux je m’étends sous un soleil

Aux rayons capiteux je m’étire je prends des teintes

Chaudes d’or fondu j’ouvre en grand ma bouche

Je me frotte à l’infini ah l’infini vieille lune

Paumée qui me rire avec ses guenilles

D’étoiles j’attends des fontaines d’eau fraîche

Des pains dorés des pousses de blé vert

Des oranges des citrons mûrs des olives

J’attends le jour qui éponge la sueur glacée

De mon front pour lui sussurer un avenir

Radieux où le corps respire le soleil

 

Franck Delorieux, Quercus suivi de Le séminaire des nuits, Gallimard,

2021, p. 48.

15/06/2021

Bashô Seigneur ermite

Matsuo_Basho.jpg

Dans cette maison pleine d’affection

ignorant l’hiver

le décorticage du riz, un bruit de grêle

 

Oreiller d’herbes —

est-il triste trempé par l’averse d’hiver

ce chien hurlant à la nuit ?

 

Neige sur neige —

ah ! cette lumière de décembre,

celle de la lune claire

 

Errant comme un corbeau —

les pruniers en pleine floraison

comme autrefois

 

Sur le chemin montagneux

une violette me fascine

sans raison

 

Bashô, Seigneur ermite, traduction Makoto Kemmoku et Dominique Chipot, La Table ronde, 2012, p. 104,111,112, 118, 121.

14/06/2021

Bashô Seigneur ermite

                            20174383lpw-20174868-article-jpg_7009784_660x281.jpg

Regagnant la côte sur une feuille, le petit insecte où dort-il ?

 

Denuit sous la lune un ver secrètement creuse une châtaigne

 

Pareils aux herbes de pampas les épis de blé invitent-ils les coucous dans le vent ?

 

Que les couvertures superposées sont lourdes ! il doit neiger ce soir dans un lointain pays de montagne.

 

Poètes élus par les cris des singes, entendez-vous l’enfant abandonné dans le vent d’automne ?

 

Bashô Seigneur ermite, traduction Makoto Keemmoku et Dominique Chipot, La Table ronde, 2012, p. 79, 79, 85, 94, 99.

13/06/2021

Bashô Seigneur ermite

 

basho.gif

Amoureux mélancoliques —

l’éclosion des fleurs

dans le champ hivernal

 

Contemplant les fleurs sans lassitude

mon carnet de haïkus

rarement sorti du sac

 

Lee vent souffle

— le cerisier sauvage a l’air d’un chien

remuant la queue

 

Revenant au pays natal

— à cent lieues sous les nuages

profitant de la fraîcheur

 

Bashô Seigneur ermite, traduction Makoto Kemmoku et Dominique Chipot, La Table ronde, 2012, p. 44, 47, 49, 51, 62.

12/06/2021

Marie de Quatrebarbes, Les vivres

05_07_14_maison_julien_gracq_inauguration_020-2.jpg

                                   22

   Si je conjugue ces moments hors de moi passés si loin de toi avec ce loin qui est « je vois » et toi qui est « si loin de moi », plus ces moments-)là sont lointains plus ils existent en dehors de moi, mieux je les sens. Comme parfois je te sens vivante, je te cueille et j’en ai plein les poches. Ce serait une belle idée de remplir nos poches de toutes les présences qu’on aurait connues pour les retrouver. Et quand je marche avec au-devant, toi, quand je marche aveuglément, empéguée dans mon ombre qui est mon projet, aveugle et aveuglée, les papiers collent à ma marche et crépitent au fond de mes poches. Mais moi, ça ne me dérange pas, tu sais, quand quelque chose s’échappe de mes poches avec ton rire qui vient vers moi.

 

Marie de Quatrebarbes, Les vivres, PO.L, 2021, p. 65.

11/06/2021

Bashô, Friches (2)

basho_matsuo_10582.jpg

À l’ombre des fleurs

la nuit passée en voyage

évoque le chant

 

D’herbes l’appuie-tête

trempé par l’averse un chien

hurle dans la nuit

 

En voyage donc

j’aurai vu de ce bas monde

le grand nettoyage

 

De mes père et mère

le souvenir m’envahit

au cri du faisan

 

Ah le pays natal

sur mon cordon ombilical je pleure

au déclin de l’an

 

Bashô,  Friches (2), traduction René Sieffert, Presses orientalistes de France, 1992, p. 51, 61, 65, 67, 73.

10/06/2021

Bashô, Jours d'hiver

portrait-de-Basho-par-Hokusai.jpg

De notre malheur

ne résoudra le mystère

le chant du coucou

 

Jusqu’aux fleurs des champs

butine le papillon

aux ailes froissées

 

De la creuse cigale

d’automne le cri sans voix

s’élève en silence

 

Ne pouvant la couvrit

elle fait tomber la lune

l’averse d’hiver

 

Joyeusement

gazouille l’alouette

tire-lire-li

 

Bashô, Jours d’hiver, traduction

René Sieffert, Presses orientalistes

de France, 1987, p. 21, 25, 33, 37, 41.

09/06/2021

Bashô, Friches (2)

        basho_matsuo_10582.jpg

La bise un instant

retient son souffle et c’est

le petit printemps

 

Le soleil couchant

qui tremble à l’horizon

fait mal à la tête

 

Quand souffle la bise

ramasseur d’aiguilles de pin

lui tient compagnie

 

Au vent du printemps

la ceinture relâchée

visage ensommeillé

 

Moustiques de la chambre

à la fumée des offrandes

tous s’en sont allés

 

Bashô, Friches (2), traduction René Sieffert,

presses orientalistes de France, 1992, p. 21, 23, 25, 27, 29.

08/06/2021

Matsuo Bashô, Cent cinq haïkaï

AVT_Basho-Matsuo_8319.gif

 

Un court moment

S’attarde sur les fleurs

Le clair de lune

 

Bruit d’étourneaux

Du micocoulier tombent des fruits

Tempête du matin

 

Viens me voir ici

De sous la magnanerie

Une voix de crapaud

 

Dans la nuit sombre

À la recherche de son nid

Le pluvier pleure

 

Les rossignols

De derrière les saules

De devant les broussailles

 

Matsuo Bashô,  Cent cinq haïkaï,

traduction Koumiko Muraoka et

Fouad El-Etr, La Délirante, 1979, np.