Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2019

Marie-Claire Bancquart, Terre énergumène et autres poèmes

  marie-claire-bancquart.jpg    

                                                                      Déjà

 

Tête de petite fille sous ma paume

secrète

finement odorante

fermée sur son sort intimité fraîche avec l’animal.

 

Tête

le brouillon de sa mort

sous ma paume devient crâne

avec ses os si nets sous les cheveux.

 

Petite fille

habite déjà le blême chemin des couleuvres.

 

Marie-Claire Bancquart, Terre énergumène et autres poèmes,

préface d’Aude Préta-de Beaufort, Poésie / Gallimard,

2019, p. 92.

22/04/2018

Fernando Pessoa, Le gardeur de troupeaux

                                  Pessoa.JPG

Plutôt le vol de l’oiseau qui passe…

 

Plutôt le vol de l’oiseau qui passe et ne laisse pas de trace,

Que le passage d’une bête qui laisse sn empreinte sur le sol.

L’oiseau passe et oublie, et c’est très bien comme ça.

L’animal, là où il n’est déjà plus ne sert donc plus à rien.

Il montre qu’il était déjà là, ce qui ne sert à rien non plus.

 

La mémoire est une trahison de la Nature,

Parce que la Nature d’hier n’est pas la Nature.

Ce qui a été n’est rien et se souvenir c’est ne pas voir.

 

Passe, oiseau, passe, et apprends-moi à penser !

 

Fernando Pessoa, Le gardeur de troupeaux, traduction du portugais

Jean-Louis Giovannoni, Rémy Hourcade et Fabienne Vallin,

Editions Unes, 2018, np.

01/10/2016

Cole Swenson, Si riche heure

Swensen by Carl Sokolow.jpg

Photo Carl Sokolow

 

Le 1er décembre : La Chasse

 

À chaque mois

son animal

animal

 

rythme la régularité        un régulum

 

Pour construire un métronome

                                                 (reste une contre pulsation)

                                                 (poids)

                   et contre-poids, par exemple

                   sur le point, suspendu dans son toujours

pourvu que

 

Compte-les Mais c’est le cœur qui fait ça C’est sa tâche ; il compte

chaque instant de la vie d’une bête et le rend presque égal

 

Cole Swensen, Si riche heure, traduit de l’anglais par Maïtreyi et Nicolas

Pesquès, Corti, 2015, p. 113.