Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2017

Esther Tellermann, Carnets à bruire

               Tellermann.jpeg

Ne m’effleurait

votre

incise     théâtre

de pierres     linges

recouvraient

     les paumes

j’induisais votre

     souffle

     à l’intérieur

de mes sillons

     je

respire

vos aurores de

papier comme si

l’ombre

         prenait

         feu

 

Esthet Tellermann, Carnets

à bruire, La lettre volée, 2014, p. 74.

11/02/2017

Esther Tellermann, Éternité à coudre

                tellermann_2.jpg

C’est assez

soir désormais

       s’incline

dans l’orage lorsque

l’un l’autre

voulions

         Jérusalem.

Fournaise jusqu’aux

portes où s’inventent

les lettres

         de l’autre côté

qui vient et comble

le même ?

Je voulais que

           nous habillent

les aubes

nager jusques

bords

 

Esther Tellermann, Éternité

à coudre, éditions Unes, 2016, np.

02/10/2016

Esther Tellermann, Sous votre nom

   

          esther tellermann,sous votre nom,vivre,bouche,oracle

      

Vivions-nous

à même

   nos linges

et nos tessons

pour finir

nos bouches

   d’ombre ?

Ou bien nous

nourrissions d’oracles

   et de couronnes

d’eau que retiennent

   les marges ?

 

Esther Tellerman, Sous votre

Nom, Flammarion, 2015, p. 104.

01/11/2015

Esther Tellemann, Sous votre nom

def_s_Esther-Tellermann.jpg

 

[...]

 

Par les peuples

qu'on oublie

la part coupable

    du monde

les murs qui

    enferment

par l'ortie et la

    myrtille

je me lie à toi

comme sœurs

    à la racine.

Nous naviguions

    très loin

confondions

    les drapeaux

grandissions

derrière les grilles.

 

 

*  *  *

 

 

Ne finissions

d'enfermer les silences

    dans nos mains

dans nos yeux

    les voix.

Toutes les morts

que nous avions

écrites furent

    ouvertes.

 

 

Esther Tellermann, Sous votre nom,

Flammarion, 2015, p. 52-53.

 

 

26/09/2014

Esther Tellermann, Carnets à bruire

          

             esther tellermann,carnets à  bruire,mot,signe,rature,meurtri,vent

 

Vous aviez déposé

          l'encre

dans les ornières

mots     sous les

nappes de charbon

font affleurer

          l'incise

vents sous les

entailles ouvrent

          les signes

avec vous nous

rêvions les théâtres

          qui

assemblent les

          paumes

là où s'ouvrent

les meurtrissures

écorces dans

l'air émondé

 

                 *

 

Au bout des routes

dans l'instant

          qui bouge

comme au travers

d'un horizon

défait     il vint

          placer

le mot     rature

           la distance

terres furent les

fontaines bleues

          plues

sous la peau

 

Esther Tellermann, Carnets à

bruire, La lettre volée, 2014,

p. 28, 56.