Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2014

Étienne Faure, Vues prenables

                         Étienne Faure, Vues prenables,le goût du rouge, neige, ville, dimanche, guerre

 

Le temps travaille trop, on est déjà dimanche

ce matin en ouvrant la fenêtre,

il neige en silence, les rues sont d'antan ;

de la ville, la rumeur est absente,

c'est la neige ou la nuit en son cœur qui l'interrompt

— ou la mort, insistante à sonner l'heure,

qui ponctue plus sonore les rêves.

 

Tout remonte en mémoire, les petits vieux

revenus naguère estropiés, claudiquant,

plusieurs balles dans la peau, des idées

fixées désormais sur les hommes,

qui le dimanche à des poulbots sans église

tendaient des gâteaux, biscuits à la cuiller

trempés dans du vin, leur donnant

sans le savoir le goût du rouge.

 

Aidés d'un peu d'alcool ensuite ils mourraient

un après-midi dansant

entre les bras d'un fauteuil qui connut leurs étreintes

dimanche, entre deux guerres.

 

le goût du rouge

 

Étienne Faure, Vues prenables, Champ Vallon, 2009, p. 79.

 

11/11/2013

Raymond Queneau, Le chien à la mandoline — L'instant fatal

images.jpg

      Les dimanches haïs favorisent

                   la poésie

 

Que faire en ce jour plein de nuages ?

Le marché aux puces est si loin

Je pourrais essayer la nage

Et m'aller coucher dans le foin

 

Cécile a mis ses grands gants noirs

Pour se rendre à la messe noire

Adolphe a mis ses souliers blancs

Pour monter sur l'éléphant blanc

 

Que faire en ce jour plein de nuages ?

La mairie est sans doute fermée

On se promène plein de rage

Sur le boulevard encombré

 

Madeleine a vu dans un coin

Une réserve de bananes

Elle s'empiffre à rendre l'âme

Onésiphore est son copain

 

Que faire en ce jour plein de nuages ?

Écrire un poème peut-être

Cela présente l'avantage

De cultiver les belles-lettres

 

                      *

 

              Tant de sueur humaine

 

Tant de sueur humaine

tant de sang gâté

tant de mains usées

tant de chaînes

tant de dents brisées

tant de haines

tant d'yeux éberlués

tant de faridondaines

tant de turlutaines

tant de curés

tant de guerres et tant de paix

tant de diplomates et tant de capitaines

tant de rois et tant de reines

tant d'as et tant de valets

tant de pleurs tant de regrets

tant de malheurs et tant de peines

tant de vies à perdre haleine

tant de roues et tant de gibets

tant de supplices délectés

tant de roues et tant de gibets

tant de vies à perdre haleine

tant de malheurs et tant de peines

tant de pleurs tant de regrets

tans d'as et tant de valets

tant de rois et tant de reines

tant de diplomates et tant de capitaines

tant de guerres et tant de paix

tant de curés

tant de turlutaines

 tant de faridondaines

tant d'yeux éberlués

tant de haines

tant de dents brisées

tant de chaînes

tant de mains usées

tans de sang gâté

tant de sueur humaine

 

Raymond Queneau, Œuvres complètes I, édition

établie par Claude Debon, Bibliothèque de la

Pléiade, Gallimard, 1989, p. 271(Le chien

à la mandoline), 136-137 (L'instant fatal).