Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2020

Jean-Claude Pirotte, La promenoir magique

Pirotte.jpg

Max Jacob il souhaitait

s’ennuyer comme la  Loire

je l’ai vue couler dans l’été

depuis longtemps Max était mort

 

et moi j’avais envie de boire

à Saint-Benoît pour oublier

que vivre étouffe les remords

ou les attire ah je ne sais

 

ce qui me faisait le plus mal

l’indifférence de la Loire

ou le grande douceur du soir

ou le scandale de l’étoile

 

qui a mené Max à Drancy

la même étoile que les mages

suivaient avec leur caravane

et qui brille au fond des âges

et dans l’âme de Max aussi

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique,

La table ronde, 2009, p. 289.

19/04/2017

Renée Vivien, La Vénus des aveugles

           Renée Vivien.JPG

Chanson pour mon ombre

 

Droite et longue comme un cyprès,

Mon ombre suit, à pas de louve,

Mes pas que l’aube désapprouve.

Mon ombre marche à pas de louve,

Droite et longue comme un cyprès,

 

Elle me suit, comme un reproche,

Dans la lumière du matin.

Je vois en elle mon destin

Qui se resserre et se rapproche.

À travers champs, par les matins,

Mon ombre me suit comme un reproche.

 

Mon ombre suit, comme un remords,

La trace de mes pas sur l’herbe

Lorsque je vais, portant ma gerbe,

Vers l’allée où gîtent les morts.

Mon ombre suit mes pas sur l’herbe

Implacable comme un remords.

 

Renée VivienLa Vénus des aveugles, dans Poésies complètes, 

Librairie Alphonse Lemerre, 1944, p. 204-205.