Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2021

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique

              moton194.png

que la ville au soleil s’éveille ou se rendorme

on entend sur les seuils les ombres des défunts

timides murmurer que la beauté des mortes

comme la dentelle est dans la graine du lin

 

nous ne saurons jamais de quels cris étouffés

nous naissons à la mort dans nos rêves de lymphes

ou de quels souvenirs nos lendemains sont faits

ni de quels crimes nos mains nues gardent l’empreinte

 

et saurons-nous jamais quel souffle nous emporte

ou quel trouble désir de futures étreintes

mènent nos jours éteints vers des nuits où les mortes

infidèles sans fin vivent leurs amours feintes

 

                                            (lisant joubert)

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique,

La Table ronde, 2012, p. 773 .

22/06/2021

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique

jean-claude-pirotte-rimbert-poesie-768x467.jpg

le mal des anges

 

un jour je suis parti

pour ne plus revenir

les gendarmes  m’ont pris

et je suis revenu

 

une autre jour encore

plus tard un vingt octobre

j’ai descendu la Meuse

le vieux fleuve impassible

 

et j’ai quitté ses rives

pour les rives du Rhin

et le bac du passeur

qui n’avait pas de chien

 

car ce n’était pas l’heure

de la dernière obole

mais celle d’un ailleurs

magique et sans école

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique,

La Table ronde, 2012, p. 293.

 

21/06/2021

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique

 Pirotte.jpg

                     Paysages, 2

 

le pays que j’habite est un pays perdu

comme tous les pays que le siècle déserte

avec les vieux clochers les murs qui se délabrent

et les pommiers tordus redevenus sauvages

l’horloge s’est arrêtée les chemins ne vont plus

aux granges que l’oubli dans le silence étreint

cependant nous marchions (dis-tu) dans le matin

quand au. bord des étangs rêvaient les fiancées

mais cela n’eut pas lieu qui nous était promis

ce bonheur ces baisers la tiédeur des fruits mûrs

et le grand ciel flambant des étés revenus

voici nos souvenirs au pied des arbres nus

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique, La Table ronde, 2009, p. 701.

24/06/2020

Jean-Claude Pirotte, La promenoir magique

Pirotte.jpg

Max Jacob il souhaitait

s’ennuyer comme la  Loire

je l’ai vue couler dans l’été

depuis longtemps Max était mort

 

et moi j’avais envie de boire

à Saint-Benoît pour oublier

que vivre étouffe les remords

ou les attire ah je ne sais

 

ce qui me faisait le plus mal

l’indifférence de la Loire

ou le grande douceur du soir

ou le scandale de l’étoile

 

qui a mené Max à Drancy

la même étoile que les mages

suivaient avec leur caravane

et qui brille au fond des âges

et dans l’âme de Max aussi

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique,

La table ronde, 2009, p. 289.

07/02/2020

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique et autres poèmes

113207603.jpg

quand l’autrefois s’appelait

encore le maintenant (ou jamais)

il y avait de la verdure

qui contrastait avec le ciel

il y avait de la solitude

et des tas d’autres endroits

où pleurer rire jouer boire

n’était pas indécent

il y avait un peu de sang

qui brillait au bord du ruisseau

mais ce n’était qu’une fleur rouge

et le vent la faisait frémir

comme une ame de jeune fille

 

Jean-Claude Pirotte, Le promenoir magique

et autres poèmes, La Table ronde, 2009, p. 383.