Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2018

Paul Éluard, Le front couvert

                                                    Éluard.jpeg      

Le battement de l'horloge comme une arme brisée

La cheminée émue où se pâme la cime

D'un arbre dernier éclairé

 

L'habituel vase clos des désastres

Des mauvais rêves

Je fais corps avec eux

 

Des ruines de l'horloge

Sort un animal abrupt désespoir du cavalier

À l'aube doublera l'écrevisse clouée

Sur la porte de ce refuge

 

Un jour de plus j'étais sauvé

On ne me brisait pas les doigts

Ni le rouge ni le jaune ni le blanc ni le nègre

On me laissait même la femme

Pour distinguer entre les hommes

 

On m'abandonnait au-dehors

Sur un navire de délices

Vers des pays qui sont les miens

Parce que je ne les connais pas

 

Un jour de plus je respirais naïvement

Une mer et des cieux volatils

J'éclipsais de ma silhouette

Le soleil qui m'aurait suivi

 

Ici j'ai ma part de ténèbres

Chambre secrète sans serrure sans espoir

Je remonte le temps jusqu'aux pires absences

Combien de nuits soudain

Sans confiance sans un beau jour sans horizon

Quelle gerbe rognée

 

Un grand froid de corail

Ombre du cœur

Ternir mes yeux qui s'entr'ouvrent

Sans donner prise au matin fraternel

 

Je ne veux plus dormir seul

Je ne veux plus m'éveiller

Perclus de sommeil et de rêves

Sans reconnaître la lumière

Et la vie au premier instant.

 

Paul Éluard, Le front couvert (1936), dans Œuvres complètes, tome I, édition Lucien Scheler, Pléiade / Gallimard, 1968, p. 467-468.

 

 

15/01/2014

Andrea Inglese, Mes cahiers de poèmes

imgres.jpg

Dans ce poème

le delta est surchargé

le carbone de l'antarctique

sera déjà épuisé

mes tasses jadis

avaient des anses

 

dans cet état où je ne peux voir de hérons

de porcs-épics ni non plus de petites taupes mortes sur le sentier

j'ai face à moi quelques lettres à remplir

je ne dois pas les écrire tout a déjà été écrit

chaque ligne chaque phrase le nom et son adjectif

mais il y a quand même des espaces qui seront remplis

des monogrammes de parafes par les archivistes dans notre dos

ce que je vois eux ne le voient pas

ce que je ne comprends pas eux le comprennent

 

en face il y a le retard non spécifié de la mort

du coin des rues des personnages

du désastre sur les bords

du rétroviseur

masse de marchandises graduée discontinue

qui glisse qui revient qu'on extrait

 

mais dans le livre des comptes : en croisant

les anciennes données et celles du millimètre

au fond de la courbe descendante

dans les tracés calculés par défaut

même mon sommeil incolore

le filet effrangé des destinations

prend la forme certaine, apaisée

d'un soulagement statistique

 

Andrea Inglese, Mes cahiers de poèmes, à la suite de Lettres à la Réinsertion Culturelle du Chômeur, traduit de l'italien par Stéphane Bouquet,

 

NOUS, 2013, p. 77-78.