Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2020

Paul Louis Rossi, Le voyage de Sainte Ursule

E-gzdVSlfCWCQZ47TL9GH3Kwpj97spDbLk6qpqXidzWCgzUzwOrtcX6npGQWSI5OKL8_NWxRTyvFPRF8QmL6I12w_sqN0mUuRMaJE6Tb5FRdKmBjrck.jpg

                      (mémoire)

 

En ce temps-là j’étais dans un pays lointain et j’écoutais

dans le froid crépiter les glaces où luisaient

         la flamme des autel et l’or fin

                  des missels

 

C’était dans un temps très ancien et je me trouvais dans une

         Ville lointaine enfouie autant qu’il m’en

                  souvienne dans les neiges et pourtant

                           tiède et familière

 

Et j’entendais au cœur de cette Ville d’Europe une

musique résonner au fond des rues comme je

         suppose doit résonner dans les cours

                  l’orgue de Barbarie

 

Et sans doute demeurais-je depuis toujours dans cette

         Ville au ciel précieux comme un vieux pastel

                  qui le soir se teintait de rose

                           et de violet

 

Paul Louis Rossi, Le voyage de Sainte Ursule, Gallimard, 1973, p. 17.

Écrire un commentaire