Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2018

Frantisek Halas (1901-1949), Alors quoi ?

halas_frantisek.jpg

La hantise du noir

 

Perdure sans même qu’on le voie

dans le drapeau amolli

mot volé

plus virginal que le feu

lâché dans le vertige

sous un absinthique arc de triomphe

sur les arrièes de la parole

 

Cette oiselle de Marie Bashkirtseff

en est morte

frileuse phtisique

sous un masque défensif d’engrossée

 

Ce sera sublime

comme la rencontre

des première et dernière Mères

à son retour

 

Il se traîne

semblable à la lionne de Ninive

la tombe des couchants

sous les paupières

 

Les agates déjà en combinent les couleurs

et la veilleuse nivéale

la nivéale éveillote

jette un œil de sous le surplis

 

Le retour se fera même

par le plus petit trou

même d’oreille percée

 

Éclatants et effrayants sont les yeux

bouts des fils de la vie

les yeux qui attendent

 

Et comme le sang monte à la tête

ainsi mes vers

cherchant à s’entendre

sur la polyglotte Poésie

sur ce

 

Frantisek Halas, Alors quoi ?, traduction du

tchèque Erika Abrams, Fissile, 2016, p. 13-14.

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire