Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2023

Jodelle

jodelle_etienne.jpg

               Sonnet  XLIII

 

Je ne suis de ceux-là que tu m’as dit se plaindre,

Que leur Dame jamais ne leur donne martel :

Vu l’âme véhémente, un dur martel m’est tel,

Qu’il peut plus à la mort qu’à l’amour me contraindre.

S’il peut donc l’amour avec ma vie éteindre,

En tout amour je chasse un poison si mortel,

Humble et petit, pourrais-je en moi tel mal empraindre ?

Mais las ! d’avoir peur d’être en ton cœur effacé,

Craindre qu’un Delta double en chiffre* entrelacé,

Ne soit plus pour mon nom, craindre qu’en ton absence

Tu ne me fasses plus tes lettres recevoir,

Ce n’est pas un martel, c’est d’amour le devoir,

Qui montre en froide peur ardente révérence.

 

Étienne Jodelle, Comme un qui s’est perdu dans la forêt

profonde, Sonnets, édition Agnès Rees, Préface Florence Delay,

Poésie/Gallimard, 2023, p. 75.

 

*Le chiffre désigne le nom d’une personne

Écrire un commentaire