Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2023

Étienne Jodelle, Comme un qui s’est perdu dans la forêt profonde, Sonnets

Etienne-Jodelle.jpg

 

Sonnet sur les beautés d’une autre

 

Son poil tout hérissé et bien long le visage,

Les deux yeux écaillés et un nez tout puant

La bouche bien fendue, par où va dégoutant

Une certaine humeur sentant le vieux fromage ;

Velue par le corps comme un monstre sauvage.

Le tétin avalé, graissé d’huile et d’onguent

L’aisselle du venin va toujours coulant ;

L’estomac enfoncé, le ventre plat et large ;

En descendant plus bas, un trou sanglant on voit,

De peaux moites autour, un landi qui paroit

De chancre revêtu, de farcins plein les bords ;

Les cuisses de Gigot et les jambes tremblantes

Pleines d’ulcères, loups, de mulets et de fentes :

Au reste elle se dit belle par tout le corps.

 

Étienne Jodelle, Comme un qui s’est perdu dans la forêt

profonde, Sonnets, édition Agnès Rees, Préface Florence Delay,

Poésie/Gallimard, 2023, p.97

Écrire un commentaire