Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2013

Paul Éluard, La rose publique

images-1.jpg

               Passer le temps

 

Un enfant grimpe à l'homme

Qui dit jeune dit seul

Comme une page blanche

Puisque tout a la forme de la nouveauté

Un enfant retentit du cri commun aux solitaires

Engagés douloureusement

Sur de longues artères d'ombre

 

Il prend soin de crier

Mais son œil est pareil à cette bouche de froid

                       [qu'on n'entend pas exploser

Pareil à cette bombe de larmes qu'on ne voit

                        [pas couler

 

Pluie espérée pluie en puissance

Grande pluie meurtrière

Des blés cassants comme des cruches

Sur mes colères

 

J'ignore toujours mon destin

 

Fillette aux seins de soie

Ai-je vieilli

Midi minuit

je m'endors je m'éveille

En caressant tout doucement

Une bonne loutre vertueuse

Qui résiste à tous les poisons.

 

Paul Éluard, La rose publique, dans Œuvres I, édition

établie et annotée par Marcelle Dumas et Lucien

Scheler, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1968,

p. 434-435.