Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2017

Julien Bosc, La coupée

Unknown.jpeg

Garder son cap

n’est jamais varier que très lentement

ne jamais non plus aller plus vite qu’il ne faut

bien observer tout ce qui entoure     sans se soucier de soi

aimer la lenteur     à sn corps défendant si nécessaire

l’apparence du surplace quelquefois     et s’il advient s’armer de patience

attendant sans tourments des jours meilleurs     ils reviendront tôt ou tard

être là de nuit comme de jour et

en permanence à l’écoute de ce qui se dit ou chante

comme de tout semblerait se taire

 

de quelques règles de la vie en mer

— qui pourraient être du poète

 

Julien Bosc, La coupée, Potentille, 2017, p. 14.

Écrire un commentaire