Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2019

Francis Ponge, L'Atelier contemporain

            Francis Ponge, L’Atelier contemporain, œuvre, hiérarchie, saisissement, Giacometti

23 août 1951

   Saisissantes…

   Notons-le (avouons-le) : très peu de chose, de distance sépare dans la qualité, dans la hiérarchie de la qualité, les œuvres (les productions artistiques) des hommes. D’un dessin de caricaturiste à un dessin de grand artiste il n’y a que de très légères différences (vus d’un haut point de vue). (D’un dessin de Forain à un Daumier, d’un Daumier à un Seurat.)

D’une épingle, aux plus extrêmes et minces petites figures d’A. Giacometti.

Craignons de nous tromper, de nous laisser abuser. Comment faire ici pour distinguer ?

Un certain sérieux, une certaine maladresse, un certain tremblement de mains ne trompent pas… (Est-ce cela ?)

Durée, persistance du saisissement. Aussi sa qualité.

Les figures de Giacometti n’ont d’abord besoin d’aucune justification. Elles sont tout à fait saisissantes. Mais ce saisissement, ne devons-nous pas nous en méfier ? Ce qui est extrêmement maigre, extrêmement ample est également saisissant.

 

Francis Ponge, L’Atelier contemporain, Gallimard, 1977, p. 166.

Écrire un commentaire