Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2018

Maël Guesdon, Les débuts

                                        guesdon.jpg

                                  Les débuts

 

Il n’est rien autre chose qui pourtant se dit à nous. Si l’on y prête attention, ce rien déplace lorsqu’il s’avance, et je mène une vie normale.

 

J’ai pris l’habitude de rester longtemps assis quand il fait trop chaud pour sortir. Ici nous tenons l’un contre l’autre. La main sert le masque. Elle met le masque sur son visage, le tourne sur ses cheveux. Le masque me regarde.

 

Je reste la bouche grande ouverte comme pour gober les mouches. De toute manière, tout se situe juste avant là où je suis. Une chose se donne de l’autre côté me tombe des mains. Une chose dans le monde en apparence tombe.

 

On dit c’est un espace qui existe et que je désire parce qu’il existe. Mais on ne connaît que les tentatives. Quand la lumière s’assombrit, mon corps est détruit, remplacé à chaque seconde par un corps plus sombre.

 

On dit une chose va dans le monde en apparence mais elle n’y est pas : elle a besoin qu’on la guide pour y aller et qu’en la guidant nous renoncions. À supposer même que nous percevions quelque chose de ce retour. À chaque fois, c’est un paysage tout entier.

 

Je trouve par exemple que la terre me manque tout à fait se comporte comme une bouche avec la langue qu’elle renferme. La bouche retient. Les dents mâchent. Je peux me reposer.

 

Maël Guesdon

 

Extrait de Transnational Literature, Vol.10 no.2, May 2018.

http://fhrc.flinders.edu.au/transnational/

home.html

Écrire un commentaire