Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2017

Élection du 7 mai : Jacques Lèbre, Angoisse

ANGOISSE

 

Certains d’entre nous ne veulent ni de Macron ni de le Pen (et ils ont bien raison !). Ils voteront blanc ou ils s’abstiendront. Il y a juste un gros problème : malgré leur vote blanc ou leur abstention, le soir du 7 mai, ils auront l’une ou l’autre comme président(e) de la République. Si jamais c’est l’une, je les laisserais se regarder dans la glace le 8 mai au matin. Je les laisserais à leur consternation dont ils seront les seuls responsables.

Il y a une position de rejet face aux deux candidats du deuxième tour, elle est légitime sur le fond (politique) et je la partage. Mais il y a aussi une toute autre légitimité : celle de penser aux réfugiés et aux sans papiers, celle de se demander si par notre non-vote nous allons les abandonner au sort peu enviable que leur promet l’extrême-droite. La légitimité, c’est de penser à ceux qui les aident (dans la vallée de la Roya par exemple) et qui, sous un gouvernement soi-disant de gauche, sont déjà traînés devant les tribunaux – il suffit de lire quotidiennement L’Humanité pour en être informé.

Ce qui est légitime, c’est de se demander si syndicalement et politiquement nous aurons longtemps les moyens de nous opposer efficacement à une extrême-droite qui aura tous les pouvoirs de la cinquième République. Ce qui est légitime, c’est de se demander si les journalistes pourront continuer longtemps à enquêter et à nous informer (les aides à la presse existent, elles peuvent être supprimées).

Ce qui est légitime, c’est de se demander ce que deviendront les politiques d’acquisition des bibliothèques et des médiathèques. Déjà, sous le quinquennat de François Hollande, des bibliothèques se sont désabonnées de certaines revues pour cause de "restrictions budgétaires". Ce qui est légitime, c’est de se demander ce que deviendront les aides à la littérature, à la poésie et aux revues par le biais du Centre national du livre.

Ce qui est légitime, c’est de se demander ce que deviendra la situation des femmes à travers le planning familial et la loi Weil sur l’IVG ; c’est de se demander ce que deviendra la situation des homosexuels. La légitimité, c’est de se demander dans quel monde, par notre non-vote, nous allons abandonner les jeunes Français des cités et des banlieues confrontés quotidiennement au racisme, aux tracasseries et aux violences policières ; que cela ait lieu sous un gouvernement soi-disant de gauche nous laisse deviner ce que cela deviendra sous un gouvernement d’extrême-droite. Car c’est bien ce gouvernement encore en place le premier responsable de la situation actuelle. Je n’oublie pas la droite si nous devons nous souvenir du sinistre ministère de l’identité nationale. Droite et soi-disant gauche confondues, par de sombres et d’inavouables calculs, ont compté sur l’extrême-droite afin de gagner chaque élection au deuxième tour. L’une et l’autre viennent de lamentablement échouer.

Ce qui est légitime, c’est de se poser toutes ces questions. Pour ma part, ma réponse est claire. Au premier tour j’ai voté pour Jean-Luc Mélenchon. Je ne me fais donc aucune illusion sur Emmanuel Macron. Je n’attends ni n’espère rien de lui président de la République. Je le considère bien évidemment comme un ennemi de classe. Mais le 7 mai, en réponse aux questions que je viens de me (et peut-être de vous) poser, je mettrai dans l’urne un bulletin Macron contre l’extrême-droite. Ensuite il nous restera les législatives du mois de juin pour essayer de contrecarrer et de limiter le plus possible le pouvoir de nuisance du (ou de la) candidat(e) élu(e). 

Commentaires

Merci de cet avis que je partage totalement. Etre de gauche, c'est penser aux autres, et là vraiment avec toute cette tendance au vote blanc, je me demande à qui ils pensent. sûrement pas aux plus démunis du système, ceux-là que vous évoquez.

Écrit par : Prioul Serge | 03/05/2017

Répondre à ce commentaire

oui nous n'avons hélas pas le choix si ce n'est celui de refuser l'une dans l'immédiat et d'infléchir l'autre dans un second temps. Et surtout de retrouver cette solidarité ui nous fait tant défaut au profit de petits individualismes qui abolissent toute pensée et toute générosité.

Écrit par : christine le mauve | 03/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire