Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2017

Velimir Khlebnikov, La création verbale

khlebnikov_velimir_.jpg

L’A. B. C. libéré des entraves

 

Le Livre Unique

 

J’ai vu les noirs Védas

Le Coran, l’Évangile,

Les livres des Mongols

Dans leur gaine de soie,

Où se mêlent la poussière des steppes

Et l’odeur forte de crottin.

Faire un bûcher,

Comme les Kalmouks à l’aube,

Et s’y étendre —

De blanches veuves disparurent dans un nuage de fumée,

Pour hâter la venue

Du Livre Unique,

Dont les pages sont de grandes mers,

Frémissant de leurs ailes de papillons bleus ;

Et le fil de soie indiquant

Où s’est suspendu le regard du lecteur

Des fleuves immenses au torrent bleu ;la Volga où, la nuit, on chante Razine,

Le Nil jaune où l’on prie le soleil,

le Yang-Tsé-Kiang comme un purin épais de créatures humaines.

[…]

 

Velimir Khlebnikov, La création verbale, traduction Catherine Prigent, Christian Bourgois, 1980, p. 21.

Écrire un commentaire