Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

Victor Martinez, Carnets du muet

 

Le poème, c’est une émeute.

 

Il faut arracher à la langue son bien, plus grand que la signification.

 

Le contact est toujours nouveau, à tel point que répétition accroît l’état de la fraicheur.

 

Contrains tes yeux à ne pas savoir ce qu’ils voient.

 

Si un mot ne sert pas à mettre à distance les choses, il ne sertà rien.

 

Victor Martinez, Carnets du muet, fissile, 2016, np.

______________________________________________________________________

 

 

                                      Le 7 mai de la patrie et du patron ?

 

   Non, la littérature n’est pas au centre de mes préoccupations jusqu’au 7 mai. Je lis des prises de position d’écrivains qui laissent perplexes ; résumons : les espoirs nés pour eux avec la candidature de Mélenchon ont été déçus, donc ils n’ont pas à choisir entre les deux candidats à l’élection présidentielle. Je ne discuterai pas, c’est maintenant inutile, le programme nationaliste de Mélenchon, mais ceux/celles qui refusent de voter pour Macron le 7 mai ont-ils lu le programme de Le Pen ? l’ont-ils comparé à celui de Macron ? J’en doute, puisqu’ils s’obstinent à prétendre que l’un et l’autre sont des ennemis, d’une nature différente mais des ennemis. J’ai l’impression désagréable d’un retour en arrière et j’entends encore le communiste Duclos en 1969 appeler à l’abstention sur le thème « c’est bonnet blanc et blanc bonnet », à propos de Pompidou et Poher qui s’opposaient alors au second tour de la présidentielle.

   Où sommes-nous donc ? Je n’ai pas connu une telle confusion en 2002 (y compris de la part de Mélenchon), Chirac était-il alors moins « le candidat des patrons » que Macron ? L’abstention ne fera peut-être pas de Le Pen une élue — mais rien n’est gagné d’avance —, mais elle obtiendra alors un pourcentage beaucoup plus élevé qu’elle ne le devrait, c’est-à-dire que l’élection sera pour les nationalistes de droite un tremplin pour les élections législatives. Réduire le plus possible le pourcentage des voix, c’est commencer à lutter efficacement contre un parti xénophobe, obscurantiste, tourné vers le passé. Il faut bien commencer et cela, ce n’est pas approuver le programme de Macron, c’est de manière positive commencer à lutter pour qu’un cadre, la république telle qu’elle est, continue à exister : cadre qui permet les luttes, politiques et syndicales.

   Je suis gêné d’avoir à écrire de telles évidences.

 

Publié sur Sitaudis le 27 mai 2017.

 

 

Commentaires

alors, vote blanc ou macron ?

j'ai tendance à pencher pour le vote blanc, mais ça peut encore changer.

1. je n'accepte pas le chantage à la terreur et à la honte pratiqué
par certains. marine n'est pas hitler et en cas de victoire du fn, il
reste les législatives pour corriger le tir.

2. la politique néo libérale des technocrates-robotisés à la macron
est directement responsable de la hausse du fn. voter pour macron
c'est reculer pour mieux sauter.

3. pour moi le vote ne doit pas être un simple outil de régulation,
mais une véritable expression du sujet qui vote pour un candidat qui
fait sens, donc pas macron. (et encore moins le pen)

4. mon espoir est qu'un vote blanc massif incite les 2 candidats à
plus de modestie et à la remise en question de leur doctrine. cet
espoir est très faible, mais c'est le seul que j'ai.

voilà, dit en termes un peu bruts, mes arguments. bien sûr je suis à
l'écoute d'arguments contraires.

dh

Écrit par : denis hamel | 28/04/2017

1.Le Pen n'est pas Hitler, certes. En cas de victoire de Macron, il sera possible de corriger le tir avec les législatives. En cas de victoire du fn, n'oubliez pas que le président de la République a le pouvoir de nommer pas mal de personnes à des postes clés.
2. C'est un peu sommaire, pas possible de répondre en 2 lignes — mais il serait difficile de prouver que la montée du fn est due à un seul facteur.
3. d'accord, mais je tiens à continuer à vivre dans une république où Liberté Égalité Fraternité sot des mots qui auront encore un sens.
4. Je ne vis pas avec de tels espoirs...
Merci pour vos commentaires.

Écrit par : Tristan Hordé | 29/04/2017

merci de votre réponse. mon opinion a évolué. après pas mal de sueurs froides et de doutes et de discussions à droite et à gauche. je vais voter macron. apparemment pour certains la décision était très simple à prendre, pas pour moi. -dh

Écrit par : denis hamel | 29/04/2017

Les commentaires sont fermés.